Mémorial d'Ivry-sur-Seine

Accueil > Tableau des morts au champ d'honneur > Noms de soldats classés de E à M > Marcel Auguste Octave Gaulupeau

Tableau des morts au champ d'honneur

 

Marcel Auguste Octave Gaulupeau

le 26 décembre 1892 à Saint-Corneille (72 - Sarthe)

Mort le 10 septembre 1914 à Rembercourt-aux-Pots (55 - Meuse)

Inhumé à (55 - Meuse)

Grade : Soldat 2e classe

Régiment : 106e régiment d'infanterie (106e RI)

Métier : Mécanicien

État matrimonial : Célibataire

Adresse : 15 rue Jean-Jacques Rousseau

26 décembre 1892. Naissance à Corneille (Sarthe) de Marcel Auguste Octave Gaulupeau, fils d'Auguste Etienne Antoine Gaulupeau et d'Anne Marie Meriau.

8 octobre 1912. Incorporé au 135e régiment d'infanterie. Description physique : cheveux noirs, yeux noirs, taille : 1,60 m. Niveau d'instruction 3. Profession : mécanicien.

12 juin 1913. Passé au 106e régiment d'infanterie pour convenances personnelles.

10 septembre 1914. Disparu à Rembercourt [aux-Pots] (Meuse). Mort pour la France à Vaux-Marie et inhumé du 15 au 17 septembre. Rayé des contrôles le 18 septembre.

Selon le journal de marche et des opérations, la journée du 10 septembre est décrite comme suit : "Le grand nombre d’officiers disparus ne permet pas de retracer la physionomie exacte de cette attaque. Le compte rendu ne pourra être utilement fait que lorsque les blessés de cette journée, en particulier le colonel Dillemann, commandant le régiment, auront rejoint le corps, après guérison." (page 20/33)

28 octobre 1920. Décoré de la Croix de guerre avec Etoile de bronze, reconnu "Brave soldat. Glorieusement tombé le 10 septembre 1914 à Rambercourt-aux-Pots, dans l'accomplissement de son devoir, à son poste de combat."

Note : le 106e régiment d'infanterie est celui de l'écrivain Maurice Genevoix, sous-lieutenant qui raconte une partie des combats dans "Sous Verdun", partie de l'ouvrage Ceux de 14.

Les combats de La Vaux-Marie opposent, du 7 septembre au 10 septembre 1914 le 6e corps de la 3e armée française du général Sarrail au 13e corps de la 5e armée allemande commandée par le Kronprinz. Pendant que la bataille de la Marne se déroule plus à l'ouest, la 5e armée allemande tente d'enfoncer les lignes françaises pour empêcher un transfert de troupe vers la Marne et pour tenter d'encercler la place fortifiée de Verdun.

Après trois jours de combats particulièrement meurtriers, les troupes françaises réussissent à bloquer l'avance allemande. Le 10 septembre 1914, l'armée du Kronprinz entame un repli de 30 à 40 km pour s'aligner avec les autres armées allemandes.

Fiche individuelle Mémoire des Hommes

Journaux des marches et opérations Mémoire des Hommes

Pour contribuer…

Contactez le service des Archives via notre formulaire de contact.


© Ville d'Ivry-sur-Seine | Plan du site | Crédits | Mentions légales | Contact