Mémorial d'Ivry-sur-Seine

Accueil > Tableau des morts au champ d'honneur > Noms de soldats classés de E à M > Gérard Jacques Adelin Gaudeau

Tableau des morts au champ d'honneur

 

Gérard Jacques Adelin Gaudeau

le 13 décembre 1895 à Romorantin (41 - Loir-et-Cher)

Mort le 28 septembre 1915 à Saint-Hilaire-le-Grand (51 - Marne)

Grade : Soldat 2e classe

Régiment : 107e bataillon de chasseurs à pied (107e BCP)

Métier : Sellier

Adresse : 80 route de Choisy

13 décembre 1895. Naissance à Romorantin (Loir-et-Cher) de Gérard Jacques Adelin Gaudeau, père de Constant Abel Gaudeau (29 ans) journalier et de Maire Hortense Tixier (25 ans) journalière son épouse.

19 décembre 1914. Incorporé au 3ème bataillon de chasseurs à pieds (BCP).

1915. Recrutement au 3e bureau de la Seine, matricule n°4302. Description physique : cheveux châtains, yeux marrons, taille : 1,57m. Résidant à Ivry 80, Route de Choisy. Profession sellier.

12 mai 1915. Passé au 107ème BCP.

29 septembre 1915. Disparu le  au Bois Guillaume entre Souvain et Saint-Hilaire-Le-Grand (avis officiel du 8 nov. 16).

Ouverture d'une enquête par le Comité international de la Croix Rouge. Réponse négative adressée à M. Gaudeau, 80 route de Vitry à Ivry-sur-Seine.

14 novembre 1921. Date de retranscription de l'acte de décès dans les registres d'Ivry-sur-Seine.

Note : le bataillon est parti de Pont-Sainte-Maxence (Oise) le 25 août 1915 et arrive à Saint-Hilaire-au-Temple le 27. Il se dirige à pied sur Cuperly, puis en voiture à Suippes et marche jusqu’à Saint-Hilaire-Le-Grand par Jonchery. Il doit parvenir en 2ème ligne sur sa position à la à la sortie du village en passant par les boyaux de la cote 118 où il passe la nuit sous le bombardement et a déjà 32 hommes mis hors de combat. Le 28 septembre, il se dirige à 2 km au nord du village et se retranche puis procède à l’attaque de tranchées à la lisière d’un bois à la cote 182. La 3ème compagnie (celle du chasseur Gaudeau) est en première ligne et parvient jusqu’aux retranchements allemands qu’elle ne peut enlever. Soumis à un feu violent de tous calibres, le bataillon passe la nuit à se « cramponner » sur le terrain. Le matin du 29, la tentative d’attaque de la tranchée des Tantes échoue compte tenu de la violence du bombardement. Le tir met hors de combat une grande partie des survivants qui s’enterrent, cloués au sol. Dans l’après-midi, ils reçoivent l’ordre de décrocher vers le sud. Le JMO fait état pour les journées des 28-29 septembre de 519 victimes (22 morts certains, 187 blessés et 310 disparus). Gérard Gaudeau est porté disparu (page 31/68).

Fiche individuelle Mémoire des Hommes

Journaux des marches et opérations Mémoire des Hommes

Pour contribuer…

Contactez le service des Archives via notre formulaire de contact.


© Ville d'Ivry-sur-Seine | Plan du site | Crédits | Mentions légales | Contact