Mémorial d'Ivry-sur-Seine

Accueil > Tableau des morts au champ d'honneur > Noms de soldats classés de N à Y > Charles Prunier

Tableau des morts au champ d'honneur

 

Charles Prunier

le 21 janvier 1884 à Ivry-sur-Seine (75 - Paris ex Seine)

Mort le 7 septembre 14 à Rembercourt-aux-Pots (55 - Meuse)

Grade : Sergent

Régiment : 301e régiment d'infanterie (301e RI)

État matrimonial : Marié

Adresse : 52 bis rue de Paris

21 janvier 1884. Naissance de Charles Prunier, fils d'Hippolyte Isidore Prunier (29 ans) chandelier et de Léonie Rose Hardy (21 ans) sans profession.

1904. Recrutement par le 3e Bureau de la Seine avec le matricule n°2840.

4 avril 1906. Mariage avec Fanny Berthe Gosteli à Paris (13e art).

1911. Liste nominative de recensement. Ivry-sur-Seine. Au 52bis de la rue de Paris, habitent : Hippolyte Prunier, chef, (1854, Montrouge) journalier chez Vinèque ; Prunier Léonie, femme (1862, Paris) sans profession ; Marguerite (1892, Ivry) fille, couturière chez Bob ; Robert (1909, Ivry) fils.

7 septembre 1914. Mort pour la France, tué à l'ennemi à Rembercourt-aux-pots (Meuse).

15 janvier 1916. Inscription au cahier des décès avec l'adresse 52bis rue de Paris.

Cahier des orphelins : Robert, 7 ans et Georges, 15 mois.

14 septembre 1917. Date de transcription de l'acte de décès dans les registres d'Ivry-sur-Seine. Prunier Charles, sergent au 301e régiment d'infanterie a été tué à l'ennemi le 7 septembre 1914 au combat de Rembercourt-aux-Pots (Meuse) ainsi qu'il résulte des documents comme le procès verbal de constation du décès et l'acte de disparition. Prunier Charles, époux de Fanny Berthe Gosteli, domicilié en dernier lieu à Ivry-sur-Seine, au 52bis rue de Paris.

1921. Liste nominative de recensement. Ivry-sur-Seine. Recherche infructueuse.

PRUNIER Charles, 301ème RI,  24ème Cie, sergent.

 

Né le 21 janvier 1884 à Ivry-sur-Seine (75 - Paris ex Seine)

Mort le 7 septembre 14 à Rembercourt-aux-Pots (55 - Meuse)

Grade : Sergent

Régiment : 301e régiment d'infanterie (301e RI)

État matrimonial : Marié

Adresse : 52 bis rue de Paris

21 janvier 1884. Naissance de Charles Prunier, fils d'Hippolyte Isidore Prunier (29 ans) chandelier et de Léonie Rose Hardy (21 ans) sans profession.

1904. Recrutement par le 3e Bureau de la Seine avec le matricule n°2840.

4 avril 1906. Mariage avec Fanny Berthe Gosteli à Paris (13e art).

1911. Liste nominative de recensement. Ivry-sur-Seine. Au 52bis de la rue de Paris, habitent : Hippolyte Prunier, chef, (1854, Montrouge) journalier chez Vinèque ; Prunier Léonie, femme (1862, Paris) sans profession ; Marguerite (1892, Ivry) fille, couturière chez Bob ; Robert (1909, Ivry) fils.

7 septembre 1914. Mort pour la France, tué à l'ennemi à Rembercourt-aux-pots (Meuse).

15 janvier 1916. Inscription au cahier des décès avec l'adresse 52bis rue de Paris.

Cahier des orphelins : Robert, 7 ans et Georges, 15 mois.

14 septembre 1917. Date de transcription de l'acte de décès dans les registres d'Ivry-sur-Seine. Prunier Charles, sergent au 301e régiment d'infanterie a été tué à l'ennemi le 7 septembre 1914 au combat de Rembercourt-aux-Pots (Meuse) ainsi qu'il résulte des documents comme le procès verbal de constation du décès et l'acte de disparition. Prunier Charles, époux de Fanny Berthe Gosteli, domicilié en dernier lieu à Ivry-sur-Seine, au 52bis rue de Paris.

1921. Liste nominative de recensement. Ivry-sur-Seine. Recherche infructueuse.

Fiche individuelle Mémoire des Hommes

 

 

Mort aux combats de la Vaux-Marie.  (appartenait à la 24ème compagnie)

Fiche matricule : cheveux et yeux bruns, 1,63 m. mécanicien dentiste DI 3.

Ajourné en 1905, bon en 1906. Service au 101ème RI. caporal le 6 juin 1907, sergent fourrier le 11 novembre 1907. libéré le 1er mar 1908.

adresses successives : 1908 : 91, rue de Paris, 23 fév. 1909 : 32, rue Barbès, 1er mars 1914 : 52 bis rue de Paris.

Mobilisé le 4 août 1914. Tué aux combats de la Vaux-Marie, inhumé du 15 au 17 septembre 1914 région de Rembercourt-aux-Pots (55).

Secours de 200 f. accordé à sa veuve le 8 février 1916.

 

Genweb : RAS

Parcours au 301ème  RI (Dreux) 107ème brigade, 54ème division.

1914 : Meuse, combats de Spincourt (24 août), Billy-sous-Mangiennes, loison. Secteur d Verdun (Esnes, Nixéville, Rembercourt). Bataille de la Marne en Lorraine : Rembercourt-aux-Pots (6 sept.), La Vaux-Marie (7 sept.) perte de 664 hommes.

 

CICR : http://icrc1418images.blob.core.windows.net/full-resolution/C/G1/E/13/01/C_G1_E_13_01_1812/C_G1_E_13_01_1812_0309_0.JPG

 

 

 

 

JMO :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YToxMDp7czoxMDoidHlwZV9mb25kcyI7czo3OiJhcmtvX2lyIjtzOjg6ImltZ190eXBlIjtzOjM6ImpwZyI7czo0OiJyZWYwIjtzOjQ6IjE1NTMiO3M6NDoicmVmMSI7czoxOiI2IjtzOjQ6InJlZjIiO2k6MjEwOTtzOjQ6InJlZjMiO3M6NzE6IjFHTS9KVU5JVEVTMTQxOC9MT1QwNC8yNl9OXzc0NV8wMDEvU0hER1JfX0dSXzI2X05fNzQ1X18wMDFfXzAwMDFfX1QuSlBHIjtzOjQ6InJlZjQiO3M6NzE6IjFHTS9KVU5JVEVTMTQxOC9MT1QwNC8yNl9OXzc0NV8wMDEvU0hER1JfX0dSXzI2X05fNzQ1X18wMDFfXzAwNzlfX1QuSlBHIjtzOjE4OiJpZF9hcmtfZWFkX2ZhbWlsbGUiO2k6MDtzOjE2OiJ2aXNpb25uZXVzZV9odG1sIjtiOjE7czoyMToidmlzaW9ubmV1c2VfaHRtbF9tb2RlIjtzOjQ6InByb2QiO30=#uielem_move=0%2C0&uielem_islocked=0&uielem_zoom=100&uielem_brightness=0&uielem_contrast=0&uielem_isinverted=0&uielem_rotate=F

(pagination 14 droite, mention de la blessure de Charles Prunier)

Pertes : 664 hommes dont 119 disparus, 517 blessés, 28 morts.

 

Note : Les combats de la Vaux-Marie comptent parmi les plus sanglants de la guerre. On voit ici la « pudeur » des officiers à déclarer les hommes tués. Charles Prunier est ainsi déclaré dans les 517 blessés. Le fiche de recherche au CICR le pense (comme souvent) blessé et prisonnier... En réalité, il reste, comme beaucoup d’autres, sur le terrain et son corps ne sera relevé que 8 jours plus tard (cf la fiche matricule), par d’autres unités dépêchées sur place pour inhumer dans des fosses communes les cadavres abandonnés par les Allemands à la canicule.

 

Témoignage du sergent Daniel Durand du 301ème RI, rejoignant le régiment dans la région le 18 septembre 1914 :

« il y a eu sans doute charge à la baïonnette car Français et Allemands sont couchés côte à côte, plus loin c’est encore plus atroce car les Allemands qui avançaient ont enterré leurs morts et l’on ne voit plus que les nôtres qui sont tombés là depuis une dizaine de jours et sont devenus tout noirs. » (note : Son frère a été blessé au combat de la Vaux-Marie le lundi 7 septembre avec le 301e RI qui y a perdu, ce jour-là, 664 hommes tués, blessés et disparus.) »

Fiche individuelle Mémoire des Hommes

Image
Image

Pour contribuer…

Contactez le service des Archives via notre formulaire de contact.


© Ville d'Ivry-sur-Seine | Plan du site | Crédits | Mentions légales | Contact